CONFLUENCE

En France, l’aménagement du territoire est le résultat d’un engagement fort des pouvoirs publics. Traditionnellement, l’État (ou à travers lui les collectivités locales) est à la fois régulateur, constructeur, financier et gestionnaire. Ce rôle fort agît comme garde-fou face aux dérives libérales des acteurs privés. Pourtant ce système est aujourd’hui remis en cause par divers dispositifs donnant davantage de pouvoir au secteur privé. Cette perte d’influence des pouvoirs publics n’est pas sans conséquences. 

 

Cette série photographique, s’intéresse au phénomène de lissage, résultat des nouvelles politiques d’aménagement du territoire dans le nouveau quartier de Confluence. Dans ce quartier, imaginé pour répondre aux besoins d’une classe moyenne prise au piège de son consummérisme, chaque chose est à sa place. Les trottoirs sont propres et les graffitis se font rares. Les habitants sont là où ils doivent être. Ce nouvel espace sous contrôle est venu remplacer les friches industrialo-portuaires autrefois symbole d’une certaine marginalité. Le marché de gros et les prisons ont été délocalisées en banlieue est, à Corbas, les bâtiments pénitentiaires ont été reconvertis en cité universitaire pour l’Institut Catholique de Lyon et l’ancienne Sucrière accueille désormais la biennale d’art contemporain. Ce nouvel espace entraîne un effet de lissage des comportements, répondant davantage aux normes sociales.

Ce travail a été co-réalisé avec Sana Fadhel.