LES NOUVEAUX GONES DU CHAÂBA

De 1954 à 1968, le bidonville du Chaâba situé avenue de Monin à Villeurbanne, dans la partie Est de l’actuel parc de la Feyssine a accueilli une vingtaine de familles immigrées venues pour la plupart du village d’El Ouricia dans la région de Sétif en Algérie. Azouz Begag, ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances y a vécu jusqu’à l’âge de 10 ans. En 1986 il écrit Le gône du Chaâba, adapté au cinéma en 1997, roman dans lequel il décrit son enfance et les conditions de vie dans le bidonville.

Dans les années 60, le projet de construction d’une bretelle d’autoroute au niveau du quartier accélère les demandes de destructions des baraques. La bretelle ne verra pas le jour mais le Chaâba est détruit en 1968 pour l’aménagement du parc de la Feyssine.

Aujourd’hui, l’ancien bidonville continue d’être un refuge pour une trentaine d’habitants. Ces nouveaux gônes du Chaâba se sont installés en 2017 sur un morceau de terrain au fond d’une impasse en occupant deux maisons abandonnées. Progressivement, ils ont investis l’impasse en construisant des habitations légères et en accueillant des caravanes et des véhicules aménagés en habitat. Ces occupants sont menacés d’expulsion à partir du mois de juillet 2020.

 

Cette balade photographique s’accompagne d’un entretien audio passé avec Hacen, né dans le bidonville, dernier des gônes du Chaâba qui vit dans une caravane à 100m de l’ancien bidonville.